La grande Catherine

11 10 2011

Concert de Catherine Ringer du 10 octobre au festival Nancy Jazz Pulsation. Tournée Ring’N Roll

Catherine Ringer me fait penser à la sorcière dans Blanche-Neige, le dessin animé de Walt Disney (1937). Elle est comme elle sinueuse, noire, inquiétante, yeux charbonneux, lèvres rouge sang, rire brillant presque carnassier. Et terriblement belle, car bien sûr, à mes yeux, la sorcière est infiniment plus belle, plus piquante que cette potiche de Blanche Neige, cette pauvre nunuche dont l’idéal de vie est d’aller épousseter-ranger-nettoyer-briquer-lustrer la petite maison des sept nains!

La sorcière, ah! la sorcière! Je ne sais pas si vous avez remarqué à quel point elle est sexy, cette longue dame aux yeux de biche, avec sa cape immense. Pas étonnant que Catherine ait choisi un tel personnage pour une chanson….La sorcière et l’inquisiteur : http://www.youtube.com/watch?v=FE4abhbyLKU

Elle, Catherine, elle a des philtres magiques qui se répandent dans les vapeurs colorées de ses projecteurs, elle apparaît dans ces nuées comme une vestale, elle roule de gros yeux sombres de démente et les promène sur son public en donnant l’impression à celui-ci d’être vraiment regardé par quelqu’un d’humain qui est là, tout près…chaleureux, vivant. Quand elle sourit, ce sourire s’adresse à vous. Quand elle crie, c’est un vrai cri, il n’y a personne qui sache crier comme elle. Ecoutez ses cris dans La sorcière et l’inquisiteur, et ceux de sa superbe reprise de L’hôtel particulier (Serge Gainsbourg) dans l’album Système D, vous n’en reviendrez pas de ce que Catherine sait faire, ose faire. Ses grimaces, sa pantomime, son rire provocateur, son chignon de danseuse flamenca avec une mèche indomptée,  sa voix extensible, basse pour l’inquiétude, aiguë pour la folie ou la délicatesse -dans Les petites filles notamment-. Sa voix de cantatrice ou de poissonnière! D’amante, d’amie, de connasse aussi (dans Andy, j’adore sa voix de conne) http://www.youtube.com/watch?v=1C7nX7GekLg

Pour moi elle incarne à la fois dans son attitude, dans sa façon expressionniste de chanter, dans ses textes et dans sa musique, un idéal de femme: libre, féroce, et toutes les rimes en « ante » qui vous viendront à l’esprit: étonnante, provocante, méchante, aimante, indépendante, insolente, pétulante, extravagante, électrisante, exaltante, truculente, désirante, effervescente, flamboyante, renversante. Puissante. Ensorcelante. C’est incroyable comme elle sait mêler les registres: la sophistication et la rudesse, le  romantisme et l’ironie, le littéraire et le vulgaire, le sublime et le bas…ça s’entrechoque, et ça fait d’elle ce personnage inimitable de la scène française, ce trublion féminin qui a accompagné depuis leurs années collège tous ceux qui ont mon âge ou à peu près (citez-moi une fête, une seule, où vous n’avez pas dansé sur Marcia Baila!!)

Mes impressions persistantes : une pluie de watts sur la tête et les déflagrations des haut-parleurs jusque dans la cage thoracique, le festival porte bien son nom… pulsations… La présence enfiévrée de milliers de gens, les ovations, un vrai tonnerre pour acclamer la belle, l’impressionnante Catherine. L’énergie de ce tout frêle et jeune garçon, guitariste extatique, virtuose blond, dont j’apprendrai que c’est le fils, Raoul Chichin, capable de tout faire comme Jimi, même la guitare derrière la tête. Le fantôme du grand Fred, compagnon regretté dont Catherine rappelle la présence, avec pudeur et légèreté (« on était complètement bourrés quand on a écrit cette chanson« ).  La chanson Punk 103, exxxtraordinaire expérience synesthésique, rimbaldienne*, les trois grâces complètement déchaînées à mes côtés, les ados et les presque mémés (je ne m’inclus dans aucune catégorie !) qui se dandinent et bondissent avec la même exxxultation, le mec exxxtravagant avec des dreads d’un kilomètre de long, une bière cavaleuse, un pauvre sandwich pas exxxquis, une exxx élève rencontrée qui faisait partie du staff, une exxxpo photo avec un deuxième lauréat super, une soirée … exxxceptionnelle !

 

Et encore bravo et merci Benoît. Benoît Felten a remporté le deuxième prix du concours photo NJP et comme il n’a pas pu venir en Lorraine, il m’a offert les billets gagnés…www.apprentiphotographe.com

 

* C’est le bleu, le bleu qui me coule par les yeux 

Et ça me saoule… 

Le bleu non n’aime personne 

Il s’en fout et il cogne quand il se fout en rogne…. 

 

La sorcière dans le ballet de Prejlocaj:

preljocajblancheneigecavalca07.jpg  catherinegpregardh192.jpg

Autres images du magnifique ballet Blanche Neige d’Angelin Preljocaj (disponible en DVD): Attention, je ne suis pas du tout du tout d’accord avec la critique assassine, ce ballet est une pure merveille! A voir, cette page, pour les photos:

http://www.forum-dansomanie.net/pagesdanso/critiques/cr0038_angelin_preljocaj_blanche_neige_biennale_lyon_28_09_2008.html

http://www.deezer.com/fr/music/catherine-ringer

L’hôtel particulier, Serge Gainsbourg:

http://www.youtube.com/watch?v=JQDbZ-U0kDI


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Bijoux Jolifolie |
Tamellaht-Ahnif de Bouira |
laviedespinoza |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kitten
| Chevauchée Tibétaine
| S p i r i t u a l • B o n &...