Minha Vida par Yucca Velux

22 09 2011

Image de prévisualisation YouTube

Cette chanson de Yucca Velux est insupportable de beauté. C’est la chanson parfaite, sublimée par les images sobres et poétiques. Parler des inflexions d’une voix, de son timbre, tenter de le décrire, voilà un terrible défi, si l’on ne veut pas se contenter de dire, la bouche en o circonflexe, « c’est beau ! » Je ne crois pas en être capable, alors je préfère qu’un poète le fasse pour moi. Federico Garcia Lorca qui évoquait la guitare andalouse, la guitare qui est tellement faite pour pleurer. Remplacez simplement le mot « guitare » par le mot « voix ». Ecoutez la belle vénéneuse, et comprenez qu’elle a le talent, la force tragique des grandes chanteuses de fado, des grandes chanteuses tout court. De celles que l’on écoute en se faisant du mal.

De celles que l’on écoute en se faisant du mal.

«                                                                Commence le pleur  
                                                                     de la guitare.
                                                                  De la prime aube 

les coupes se brisent.

Commence le pleur 

de la guitare

Il est inutile de la faire taire.

Il est impossible

de la faire taire.

C’est un pleur monotone,

comme le pleur de l’eau,

comme le pleur du vent

sur la neige tombée. 

Il est impossible 

de la faire taire.

Elle pleure sur des choses

 lointaines.

Sable du Sud brûlant

qui veut de blancs camélias.

Elle pleure la flèche sans but,

le soir sans lendemain,

et le premier oiseau mort

sur la branche.

O guitare!  

Federico Garcia Lorca

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Bijoux Jolifolie |
Tamellaht-Ahnif de Bouira |
laviedespinoza |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kitten
| Chevauchée Tibétaine
| S p i r i t u a l • B o n &...