Statuette de la déesse Lakshmi

25 03 2009

laksmi.jpg

Un petit jeu : faire parler les oeuvres d’art en m’autorisant une entière liberté vis-à-vis de la réalité historique, au gré de ma seule fantaisie. Voici une statuette trouvée parmi les vestiges de Pompéi, dans une maison via dell’Abbondanza. Elle se trouve au musée archéologique de Naples. Elle parle non en tant que déesse mais en tant que danseuse indienne à Pompéi (une sorte de strip-teaseuse pour patriciens oisifs).

Sur mes seins arrondis, arrogants tumuli, le clinquant de mes colliers d’or et d’ambre. Je les fais tressauter au son des tambourins endiablés. Mon sourire : rangée de perles nacrées dans la coquille de mes lèvres. Mes yeux : papillons noirs que la lumière fascine. Sous ma ceinture de paille et de lanières un mont bien charnu, beau fruit défendu.

Mes longs cheveux tressés : deux pythons indomptables et leur venin d’oubli. Mes mains multipliées répandent les bienfaits tandis que s’enroulent sur mes jambes élastiques les rubans de la concupiscence.

Je danse sous vos yeux affolés. Et l’on me dit esclave

Statuette de la déesse Lakshmi dans Arts wma cavalcandoconuncavaliereaccorto.wma Ce morceau de musique du XIV ème siécle (compositeur: un dénommé Mastro Piero, sur qui je n’ai guère d’informations  pour l’instant) est joué par les Ménestreux de la Branche Rouge (voir lien), un groupe spécialisé dans les musiques médiévales et Renaissance. Son titre: Cavalcando con un cavaliere accorto. Tant pis pour l’anachronisme: un peu dur de trouver des musiques de l’Antiquité! Mais je le trouve relatif cet anachronisme: j’imagine quand même cette belle indienne dansant sur cette merveilleuse musique…

Dans l’hindouisme, Lakshmi (ou Mahalakshmi) est la déesse de la fortune et de la prospérité, ou de l’abondance. Epouse de Vishnu, elle se réfugia dans la mer de lait lorsque les Dieux l’eurent exilée. Elle renaît lors du barattage de la mer de lait. C’est une bienfaitrice et l’or et les bijoux sont ses symboles. On la représente habituellement assise sur un lotus, avec quatre bras . Chacune de ses mains supérieures tient une fleur de  lotus, l’une de ses mains inférieures fait le geste du don et l’autre répand des pièces d’or. Le fait que l’on ait retrouvé cette statue à Pompéi atteste des contacts établis avec l’Inde, cet extrême Orient de l’Antiquité. Contacts noués probablement par l’entremise du monde héllénistique.

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Bijoux Jolifolie |
Tamellaht-Ahnif de Bouira |
laviedespinoza |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kitten
| Chevauchée Tibétaine
| S p i r i t u a l • B o n &...